相关古代文学论文

相关标签

浅析小仲马笔下茶花女的悲剧命运

发布时间:2019-12-02 20:31

  摘 要

  小仲马,19世纪法国杰出的小说家、剧作家,和他的父亲大仲马一样,在十九世纪的法国文学史上留下了浓墨重彩的一笔。小仲马在他的作品中大力宣扬家庭及婚姻的神圣,对资产阶级社会风气、家庭生活和伦理道德做了比较细致的描绘和揭露,抨击了娼妓社会对家庭婚姻的威胁,歌颂了纯洁高尚的爱情,成为社会问题剧的创始人之一。小仲马作为法国现实主义戏剧的先驱者之一,其剧作大多以妇女、婚姻、家庭问题为题材,比较真实地反映了资产阶级道德的腐朽性质。

  《茶花女》以一位妓女为主角,讲述了一个青年人与巴黎上流社会一位交际花曲折凄婉的爱情故事。通过一个妓女的爱情悲剧,揭露了法国七月王朝上流社会的糜烂生活。对贵族资产阶级的虚伪道德提出了血泪控诉。在法国文学史上,这是第一次把妓女作为主角的作品。

  关键词:茶花女,小仲马,资产阶级

  Introduction

  La naissance d’enfants illégitimes a conduit Alexandre Dumas fils à souffrir de l’embarras du monde dans son enfance. Le mode obscène qui a affligé la société capitaliste fran?aise à l’age adulte a provoqué beaucoup de gens qui ont été insultés et endommagés, tels que sa mère et lui, donc il est déterminé à changer la moralité sociale à travers la littérature. Il a dit: ?Toute littérature qui n’a pas pour but de perfectionner la moralité, les idéaux et les avantages est une littérature mal conditionnée et mal fondée?. C’est l’idéologie de base de sa création littéraire. Explorer les enjeux moraux sociaux de la bourgeoisie, c’est imprégner le contenu central de sa création littéraire.

  à travers le ?je?, ce roman La Dame aux camélias incarne pleinement la pensée humanitaire préconisée par l’auteur, mettant l’accent sur la communication sincère, la tolérance, la compréhension et le respect entre les personnes. L’amour entre Armand et Marguerite reflète les vrais sentiments du monde humain: le soin, la tolérance et le respect entre les êtres humains qui reflètent l’amour de la nature humaine.

  Le roman utilise trois méthodes narratives à la première personne. Le livre est écrit avec l’auteur ?Je? directement à partir de l’histoire de la vie de Marguerite, en se concentrant sur le souvenir de soi d’Armand, et se terminant avec la dernière lettre de Marguerite. Cela expose pleinement l’expérience amère de l’héro?ne aux lecteurs, et il est très facile d’éveiller la sympathie et la compassion du lecteur. La réaction du peuple à Marguerite s’exprime aussi à travers l’auteur ?je?, ce qui renforce un sens du réalisme, donc le travail est plein de lyrisme fort.

  Dans ce mémoire, nous allons analyser les différents facteurs qui ont causé la tragédie de Marguerite, afin de découvrir la corruption et les ténèbres de la société bourgeoise fran?aise de l’époque. Le premier chapitre se concentrera sur l’expérience et le prototype de Marguerite et sa tragédie. Le deuxième chapitre sera la cause de sa tragédie du c?té de la société de l’époque, révélant l’essence d’une société bourgeoise décadente. Le troisième chapitre analysera la fin tragique de Marguerite à partir des raisons personnelles, reflétant la position faible des femmes à cette époque-là.

  Chapitre I La tragédie de la dame aux camélias

  1.1 Alexandre Dumas fils et son roman La Dame aux camélias

  1.1.1 L’écrivain Alexandre Dumas fils

  Alexandre Dumas fils, est le fils naturel du romancier Alexandre Dumas (1802-1870) et d’une modeste couturière, Catherine-Laure Labay ( 1793-1868). Il est déclaré ?enfant naturel? de père et de mère inconnue.

  Il fut élevé par sa mère jusqu’à l’age de sept ans. Le 17 mars 1831, Alexandre Dumas reconnut son fils. Sa mère le reconna?tra une semaine plus tard. Après un combat douloureux entre ses parents, c’est finalement son père qui en obtient la garde. Il entra en pension dès l’age de neuf ans et vécut douloureusement son statut de batard.

  En 1844, il rencontra Marie Duplessis, qui devint sa ma?tresse et lui inspirera le personnage de Marguerite Gautier, l’héro?ne de La Dame aux camélias.

  Il fut l’auteur d’une dizaine de romans et de nombreuses pièces de théatre. Il publia en feuilleton son premier roman les Aventures de quatre femmes et d’un perroquet, en 1845, l’année de ses 21 ans.

  Il connut la célébrité grace à son roman La Dame aux camélias qu’il publia en 1848. Il adaptera lui-même ce récit au théatre en 1852. Il obtiendra un succès énorme, sans doute un des plus importants du XIXe siècle. L’année suivante, la pièce fut adaptée pour l’opéra par Francesco Maria Piave et Giuseppe Verdi sous le titre de La Dame aux camélias.

  Comme son père, Alexandre Dumas fils a une existence mondaine ruineuse, et il est, lui aussi, un auteur prolifique. Il est très marqué par son statut d’enfant naturel, et il devient l’avocat des ?enfants sans parents? et des ?filles-mères?. Il est particulièrement attentif aux ?sujets de société ? : drames familiaux, prostitution, adultère, divorce, condition féminine… ce qui lui vaudra la réputation ?d'auteur à scandales?. On peut dire que son expérience personnelle dans la vie est aussi un facteur important de la création de La Dame aux camélias.

  1.1.2 Le roman La Dame aux camélias

  Pauvre fille de la campagne, Marguerite est venu à Paris pour commencer une carrière dans la prostitution, elle est devenu un succès foudroyant ?socialite?, connu sous le nom de ?la dame aux camélias?, parce que son portable robe a toujours un bouquet de son thé préféré.

  Marguerite, ayant une maladie pulmonaire, a rencontré une noble dame qui est décédé à cause de la troisième phase de la tuberculose bient?t. Son père, un duc, est venu à travers exactement comme sa fille et l’a prise comme une femme juste. Le duc a promis de couvrir toutes les dépenses de la vie de Marguerite aussi longtemps qu’elle pourrait abandonner et continuer à rire. Mais Marguerite a manqué son but, et le duc réduisait le financement de moitié, Marguerite n’arrivait pas à joindre les deux bouts et devait des dettes de plusieurs dizaines de milliers de francs.

  Dans l’une des salles de la soirée, l’un des deux jeunes voisins qui Prudence avait amenés, Armand Duval est tombé éperdument amoureux de Marguerite. Quand Marguerite a mangé une apparition soudaine de la maladie, Armand a conseillé la confession de son amour et son souci de ne pas faire du mal de cette fa?on. Le c?ur indifférent de Marguerite a ému la vérité, elle a donné un camélia à Armand et lui exprimé son affection.

  L’amour sincère d’Armand a inspiré le désir de Marguerite pour une vie simple: elle est déterminée à se débarrasser de la sombre vie sociale par isienne et de vivre avec Armand dans la campagne. Après un revers, les deux ont loué une maison en dehors de Paris. Cependant, le duc savait que les sources économiques de Marguerite étaient coupées. Elle a pris le pion de son amant pour posséder des bijoux, des chars et des chevaux en échange de frais de subsistance. Armand a re?u une lettre de l'agent qui a lui demandé de signer à Paris.

  La lettre s’est révélé par le père d’Armand, l’Inland Revenue Department, M. Duval, il a menti à Armand, puis trouvé Marguerite, et lui a dit: sa fille, la s?ur d’Armand, est tombée amoureuse d’un adolescent décent, mais la famille a demandé que Armand a d? abondonner les relations avec Marguerite. Marguerite n’avait d’autre choix que de jurer à M. Duval qu’elle devrait être affilié à Armand.

  Marguerite était très triste d’écrire une lettre de renonciation absolue à son amant, retournant à Paris pour rétablir la vie absurde de l’ancienne vie. Elle a accepté la poursuite du comte de N, qui lui a payé toutes les dettes et a racheté les bijoux et la voiture.

  Armand a voulu qu’il a trouvé la ? trahison ? de La Dame aux camélias, toujours dans l'embarras. Armand a lui demandé de fuir la cour de joie parisienne et de fuir vers un endroit où personne ne les conna?t et garde leur amour, Marguerite a réfusé et puis elle a été profondément irrité et malade.

  No?l approchait, l’état de Marguerite était pire, et personne n'est venu lui rendre visite. La lettre de M. Duval de remercier son serment est conservé, et il a dit la vérité à Armand. Maintenant le seul espoir de Marguerite était de revoir son amant. Après la mort de Marguerite, il n'y avait qu'un gentil voisin, Julie, qui l’avait enr?lée. Après Armand a retourné à Paris, Julie lui a donné un journal de Marguerite. à ce stade, Armand a connu seulement son vrai c?ur. Armand, avec un regret illimité et de la jalousie, pour Marguerite, a déménagé à la tombe et enterré dans sa tombe avec du thé blanc.

  1.2 L’origine de l’image de la dame aux camélias

  C’est la courtisane Marie Duplessis qui a inspiré le personnage de Marguerite Gautier. Marie Duplessis a vécu de 1824 à 1847. Alexandre Dumas fils a rencontré Marie Duplessis en 1844. Elle a été sa maitresse jusqu’en 1845. Lorsqu’elle est mort, le 3 février 1847, après trois jours d’agonie, il est à Marseille. Il compose un poème en sa mémoire, qui sera publié la même année dans un recueil de poèmes : Péchés de Jeunesse.

  En 1867,19 ans après la première édition de La Dame aux camélias, il a écrit : La personne qui m’a servi de modèle pour l’héro?ne de la dame aux camélias se nommait Alphonsine Plessis, dont elle avait composé le nom plus euphonique et plus relevé de Marie Duplessis. Elle était grande, très mince, noire de cheveux, rose et blanche de visage. Elle avait la tête petite, de longs yeux d’émail comme une Japonaise, mais vifs et fins, les lèvres du rouge des cerises, les plus belles dents du monde ; on eut dit une figurine de Saxe. En 1844, lorsque je la vis pour la première fois, elle s’épanouissait dans toute son opulence et sa beauté. Elle est morte si jeune, comme l’héro?ne de la dame aux camélia. Elle ne manquait ni d’esprit ni de désintéressement. Elle a possédé une distinction native, s’est habillée avec go?t, et a marché avec grace, presque avec noblesse.

  Il a aussi dit: Cependant Marie Duplessis n’a pas eu toutes les aventures pathétiques que je prête à Marguerite Gautier, mais elle ne demandait qu’à les avoir. Si elle n’a rien sacrifié à Armand, c’est qu’Armand ne l’a pas voulu. Elle n’a pu jouer, à son grand regret que le premier et le deuxième acte de la pièce. Elle les recommen?ait toujours, comme Pénélope, sa toile : seulement c’est le jour que se défaisait ce qu’elle avait commencé la nuit. Elle n’a jamais, non plus, de son vivant, été appelée ?La Dame aux camélias?. Le surnom que j’ai donné à Marguerite est de pure invention. Entre les lignes, nous pouvons voir l'amour d’Alexandre Dumas fils pour Marie. Il a consacré son amour pour son amant à ses ?uvres. L’expérience de Marguerite est presque la même que celle de Marie, peut-être que Dumas s’est mis dans Armand, et le remords d’Armand a inclus aussi le profond regret d’Alexandre Dumas fils.

  1.3 La description de la tragédie de la dame aux camélias

  La tragédie de la dame aux camélias est multiple: de sa vie pauvre, et l'incertitude de l'amour, à la trahison de ses amis, on peut dire que la dame aux camélias a connu une variété de relations humaines. Plus l'auteur décrit sa tragédie, plus il peut faire ressortir la noblesse de sa personnalité et exprimer ainsi son insatisfaction face à la société de l'époque.

  1.3.1 Sa pauvtreté et sa maladie

  Maguerite souffre d'une maladie pulmonaire dont les détails indiquent que sa mère est décédée d'une maladie pulmonaire.

  - La pauvre fille est bien malade, me répondit-il.

  -Qu’a-t-elle donc?

  -Elle a qu’elle est poitrinaire, et que, comme elle a fait une vie qui n’est pas destinée à la guérir, elle est dans son lit et qu’elle se meurt.

  En raison de sa vie extravagante et débridée, son état est devenu de plus en plus grave. A la rencontre avec Armand officiellement, sa maladie pulmonaire était coupable.

  Enfin arriva une chose que j’avais prévue et que je redoutait. Vers la fin du souper, Marguerite fut prise d’un accès de toux plus fort que tous ceux qu’elle avait eus depuis que j’étais là. Il me sembla que sa poitrine se déchirait intérieurement. La pauvre fille devint pourpre, ferma les yeux sous la douleur et porta à ses lèvres sa serviette qu’une goutte de sang rougit. Alors elle se leva et courut dans son cabinet de toilette.

  Sa maladie reflétait directement sa triste expérience. Jeune fille de la campagne, elle n'accumulait pas ses économies, mais elle passait sa vie extravagante, toutes les dépenses étaient supportées par son amant, et quand elle était seule, elle était très endettée et ne pouvait compter que sur elle, pion pour rembourser la dette.

  Ce n’est pas avec vos sept ou huit mille francs de pension que vous soutiendrez le luxe de cette fill-là; ils ne suffiraient pas à l’entretien de sa voiture.

  Il n’y a pas de fortune, si considérable qu’elle soit, qui puisse subvenir seule aux dépenses d’une femme comme Margeurite.

  Hier nous n’avions pas d’argent du tout. Couverts, bijoux, cachemires, tout est en gage, le reste est vendu ou saisi.

  Nous pouvons dire que la pauvreté n’est pas seulement sa tragédie mais aussi l’une des causes de sa tragédie. Alors que sa maladie pulmonaire, bien que le texte intégral ne soit pas beaucoup d'encrir, est sa cause directe de décès. Pauvtreté et maladie, elle a formé aussi un énorme contraste avec son image de lumineuse et brillante.

  1.3.2 Son échec de l’amour

  Il y a un amour profond entre Marguerite et son amant Armand, mais la grande différence entre les deux classes a causé de grandes difficultés pour leur amour. Le premier est l'incertitude d'Armand sur l'amour.

  Je ne me reconnaissais pas. J’étais à moitié fou. Tant?t je ne me trouvais ni assez beau, ni assez élégant pour posséder une pareille femme, tant?t je me sentais plein de vanité à l’idée de cette possession: puis je me metais à craindre que Marguerite n’e?t pour moi au’un caprice de quelque jours, et, pressentant un malheur dans une rupture prompte, je ferais peut-être mieux, me disais-je, de ne pas aller le soir chez elle, et de partir en lui écrivant mes craintes. De là, je passais à des espérances sans limites, à une confiance sans bornes. Je faisais des rêves d’avenir incroyables; je me disais que cette fille me devrair sa guéruson physique et morale, que je passerais toute ma vie avec elle, et que son amour me rendrait plus heureux que les plus virginales amours.

  Il ne pouvait pas tolérer l'ancien amant de Marguerite, et puis est resté loin d’elle. Toutefois, il ne pouvait pas résister à son amour, et il est revenu à la cour.

  -Vous ne vous en irez pas, dis-je en me mettant devant la porte.

  -Pourquoi?

  -Parce que, malgré ce que tu m’as fait, je t’aime toujours et que je veux te garder ici.

  Non, Marguerite, m’écriai-je en sentant tout mon amour et tous mes désirs se réveiller au contre de cette femme. Non , j’oublierai tout, et nous serons heureux comme nous nous étions promis de l’être.

  Cela a été suivi par la pression du père d’Armand sur Marguerite et elle a quitté Armand. En outre, nous pouvons également voir que l'amour entre les deux est basé sur l'argent et le statut: l'un est une mondaine, l'autre est un fils riche, ils n’ont ni capacité ni moyens de survivre. Si ils manquent de l’argent, l'amour entre les deux personnes est également en jeu.

  1.3.3 Sa défection et séparation des amis

  Marguerite semble être liée aux différents types de personnes, en fait, elle a peu d'amis. La seule soeur de la compagne n’a connu même pas la mort de sa s?ur: il n'y avait que deux ducs à son enterrement. La voisine Prudence a été financée à plusieurs reprises par Marguerite et après sa mort elle a attribué sa banqueroute à Marguerite.

  Prudence venait de faire faillite. Elle nous dit que Mqrguerite en était la cause; que, pendant sa malade, elle lui avait prêté beaucoup d’argent pour lequel elle avait fait des billets qu’elle n’avait pu payer, Marguerite étant morte sans le lui rendre et ne lui ayant pas donné de re?us avec lesquels elle p?t se présenter comme créancière.

  Nous pouvons voir que Marguerite est solitaire: à part son amie Julie, il n'y a pratiquement personne qui se soucie vraiment d'elle. Elle semble être à la classe supérieure, mais en réalité c'est un individu solitaire, qui contraste fortement avec son image superficielle et ce qui est devenu une de ses tragédies.

  Chapitre II Les contextes sociaux

  D’un grand environnement, la tragédie de Marguerite a beaucoup à voir avec le climat social de l’époque. Le développement du capitalisme a augmenté la division des classes sociales. Marguerite est une représentante typique des travailleurs du bas: bien qu'elle voyage à travers la classe supérieure, elle a toujours des contradictions de classe irréconciliables avec la bourgeoisie comme le vieux duc. Le grand écrivain Dumas, qui a révélé de manière incisive le meurtre et le monde invisible du mal, a exprimé sa profonde sympathie aux prêtres de la société à l’époque avec un soin humaniste unique.

  2.1 La putridité de la burgeoisie

  La société européenne au XIX siècle était hypocrite, vulgaire, fausse et fausse, exigeait une fa?ade et un snobisme extrême. Dans la relation conjugale, l’influence de la monarchie féodale et l’empreinte de la suprématie bourgeoise de l’argent sont gravées.

  L’age de Marguerite vit à la fin de la dynastie fran?aise. C’est la période où le capitalisme fran?ais est passé de la hausse à la baisse. A cette époque, l’idéologie de la bourgeoisie s’est élargie: pour satisfaire le désir, sous le prétexte de la propriété privée.

  Les femmes deviennent une profession légitime. Dans le même temps, les larges masses de travailleurs vivent une vie sans nourriture ni vêtements. En raison de la pression de la vie, beaucoup de jeunes filles ont fait irruption dans les rangs des prostituées. Quand elle est entrée dans la société parisienne, elle a été témoin du luxe et de la vie obscène de la société des classes supérieures dans laquelle elle voulait vivre. Elle a d? traverser les grands théatres et les lieux de Paris avec humiliation, toute la journée entourée de magistrats et de nobles. Bien que Marguerite soit devenue une célèbre prostituée agée avec sa belle apparence et ses excellentes aptitudes de communication, ce n’était que le jouet des aristocrates bourgeois et des nobles qui étaient despotiques et éhontés.

  Armand, après la mort de Marguerite, a déplacé sa tombe pour son échec à rencontrer le dernier c?té, couvert de camélia blanc. C’est la seule chose qu’il puisse faire pour elle, ils ne se sont finalement pas vraiment réunis. Parce qu’ils vivent au même age, ils sont toujours incapables de se débarrasser des cha?nes de la pensée de classe, ils sont toujours séparés par d’énormes différences de classe. Le concept de classe profondément enraciné ne permet pas à Armand d’épouser Marguerite: même si elle a de l’amour, elle ne peut que vivre ensemble et ne peut rompre l’esclavage idéologique et parler de mariage. Et le père d’Armand, un gardien bourgeois éhonté, a personnellement détruit cet amour. Presque toute la vie de Marguerite était enveloppée dans l’ombre de la dette des créanciers, même quand elle était encore en vie, les créanciers refusaient de se détendre, l’attendaient et commen?aient à la mettre aux enchères pour récupérer son emprunt. Cela montre le visage de la bourgeoisie.

  2.2 L’humilité de la femme

  Hugo a déjà mentionné trois grands problèmes sociaux dans Les Misérables, qui reflétait de fa?on frappante les difficultés de la société à l’époque où Marguerite a vit:? La pauvreté fait trébucher les hommes, la faim dégrade les femmes et les ténèbres rendent les enfants faibles.?

  Dans des milliers d’années de société patriarcale, les femmes ont toujours vécu au fond de la société, n'ont pas le droit de participer à la politique, n’ont pas droit à l’éducation, n’ont pas le droit de participer à la vie sociale. Cela est particulièrement vrai pour les prostituées. Les prostituées sont un produit inévitable de la société dominée par les hommes dans les conditions de la propriété privée et sont des suppléments monogames basés sur les conditions économiques. Ceux qui ont perdu leurs moyens de subsistance ont été forcés de vendre leur propre chair pour survivre et devenir des produits spéciaux pour les hommes. Marguerite est l’image d’une prostituée typique de cette société dominée par les hommes, elle ne peut être acceptée par la société et survit, elle ne peut que finir dans la mort.

  Le capitalisme est l’étiquette d’une femme comme une marchandise. Marguerite, qui est dans la société parisienne où l’on veut couler, regarde son luxueux dressing, chaque ustensile porte le nom de comte, arriviste et grand vieux. Cela montre qu’elle existe comme une marchandise spéciale dans la société capitaliste.

  Nous pouvons donc voir comment la culture hégémonique de la société sombre a brutalement tué les femmes, piétiné la dignité humaine des femmes et dégradé les femmes pour qu’elles soient des créatures de bas niveau qui ne peuvent qu’incliner les hommes pour le plaisir des hommes et avoir des enfants. Plus elle est belle, plus la capitale doit être cruelle pour la contr?ler et l’asservir: plus elle devient radicale, plus la marchandise sera chère et plus la capitale la forcera à échanger, à se prostituer et à gagner de l’argent. C’est une véritable représentation du destin de la prostituée opprimée: la société dans laquelle elle vit est simplement un enfer qui ne se retourne jamais, les gens se trompent et cachent le monde avec le mensonge.

  2.3 Le manque de la moralité et le désir pour l’argent

  La conscience religieuse centrée sur l’homme chérit l’esprit et l’ame des êtres humains, attache de l’importance à la poursuite de la valeur mondiale de l’autre et insiste sur la restriction de la rationalité au désir originel, tendance dominante des valeurs culturelles de la littérature chrétienne hébra?que. Ce genre de conscience religieuse du respect de la raison, du centrage sur le groupe, du respect des personnes, du sacrifice de soi et de l’abstention de la fraternité se reflète bien dans l’attitude amoureuse de Marguerite. Lorsque le père d’Armand, porte-parole du concept moral général de la société de l’époque, utilisait l’avenir de son bien-aimé comme un poids et l’obligeait à faire des concessions au nom du bien et du juste, elle choisit de la résigner. Parce qu’elle sait que les efforts personnels sont toujours incompatibles avec le système moral social, elle écrit dans la lettre à Armand lors de son séjour:

  Je me disais tout ce que votre père n’osait pas me dire, et ce qui vingt fois lui était venu sur les lèvres: que je n’étais après tout qu’une fille entretenue; et que quelque raison que je donnasse à notre liaison, elle aurait toujours l’air d’un calcul; que ma vie passée ne me laissait aucun droit de rêver un pareil avenir, et que j’acceptais des responsabilités auxquelles mes habitudes et ma réputation ne donnaient aucune garantie.

  Selon elle, peu importe à quel point elle aspire à l’amour noble, elle ne peut toujours pas retrouver son bonheur originel: ici, le bonheur personnel est sans raison de céder à l’éthique sociale.

  Dans la société de propriété privée fondée sur les produits de base, les élites bourgeoises utilisent le mariage de leurs enfants comme un moyen de rechercher des droits, soulignant qu’il n’est pas permis de rejoindre les pauvres, encore moins les prostituées. Marguerite n’ose pas espérer le nom de famille d’Armand: elle veut justement être amant d’Armand dans une courte vie. L’opinion publique et le concept moral sont comme un filet immense et invisible, enveloppé dans la tête d’un destin rebelle, l’obligeant à s’échapper du foyer et à devoir répéter le foyer. Quand elle donne du bonheur aux autres, elle est confrontée à la destruction: c’est un silence solennel et une lutte acharnée. Afin de se débarrasser de la poussière et de la poursuite de la lumière, elle a payé le prix de la vie. La prostitution et la moralité de la bourgeoisie est le bourreau qui tue Marguerite.

  Chapitre III Les raisons personnelles

  Les raisons sociales en tant que condition externe ont, dans une certaine mesure, exacerbé la tragédie de Marguerite. Mais ses habitudes personnelles et son caractèrele sont les plus importants qu’ont directement mené à sa vie tragique. En tant qu’une fille du bas du pays, Marguerite a à la fois le caractère simple et na?f des travailleurs et l’extravagance de la classe supérieure. Elle est une contradiction, c’est précisément ces contradictions en elle qui ont conduit à sa tragédie.

  3.1 Le sybaritisme de la vie

  Après que Marguerite soit tombée dans la poussière, elle est longtemps parrainé par divers nobles, et entre dans les activités de la haute société, et habitue à la vie romantique. En tant que prostituée agée, Marguerite aime aussi le luxe et la vie licencieuse, comme les beaux vêtements, les voitures et les diamants. Elle veut être un jouet d’homme pour ces produits de luxe. Bien qu’elle puisse abandonner sa vie originelle pour l’amour, il est indéniable qu’elle a encore un attachement à la vie autrefois extravagante. Son extravagance lui fait devoir une dette importante, et la dette est payée par le duc riche qu’elle a attaché.

  Vous avez vu, il lui a racheté ses chevaux, il lui a retiré ses bijoux et lui donne autant d’argent que le duc lui en donnait.

  De plus, son autodiscipline intérieure doit être épuisée dans la débauche de la vie nocturne: ce ne sont pas seulement les besoins et les mauvaises habitudes des prostituées, c’est en fait un besoin d’oublier la réalité, c’est une anomalie et une nervosité de vide douloureux. Elle souffre d’une maladie pulmonaire mais vit toujours une vie heureuse, l’argent qu’elle a gagné est plut?t dépensé sans retenue que guérir, ce qui accélère sa fin tragique.

  Ou que je ne vous accepte pas, alors vous m’en vudrez, ou que je vous accepte, alors vous aurez une triste ma?tresse; une femme nerveuse, malade, triste, ou gaie d’une gaieté plus triste que le chagrin, une femme qui crache le sang et qui dépense cent mille francs par an, c’est bon pour un vieux richard comme le duc; mais c’est que tous les jeunes amants que j’ai eus m’ont bien vite quittée.

  3.2 La lacheté de son caractère et l’attitude négative

  Aux yeux de Marguerite, elle semble avoir une compréhension claire de sa méprisabilité, de sa douleur et de son avenir qui attend sa fin. Dans la vie de luxe, Marguerite réalise peu à peu la nature humaine de son propre groupe: pour l’avenir, outre le pessimisme, Marguerite n’a pas le moindre espoir.

  Mais nous, dès que nous nous ne pouons plus servir à la vanité ou au plaisir de nos amants, ils nous abandonnent, et les longues soirées succèdent aux longs jours.

  Même si elle a aussi un aspect fort et positif, comme Armand l’impressionne par son amour sincère, elle commence à changer graduellement, se mit à essayer tous les moyens pour se battre avec Armand, pour le compte, elle choisit de rompre complètement. Marguerite également essaie de changer lentement le genre de vie, et elle également décide de bien distinguer avec le passé. Cependant, quand elle est gêné par le père d’Armand, elle reprise le c?té faible de son caractère et choisit d’abandonner son amour pour compléter le mariage d’une autre fille. D’une part, cela est d? à son incapacité à résister à l’idéologie bourgeoise obstinée par ses propres efforts. D’autre part, elle peut choisir de travailler d?r même après avoir été forcée de faire des compromis, mais elle est revenue à sa vie ancienne et extravagante. Cela montre que Marguerite est encore un peu attachée à la vie passée. Tout cela jete les bases de son avenir tragique.

  3.3 La poursuite excessive de l’amour

  Dans sa vie magnifique, Marguerite maintient toujours un coeur pur, gentil et noble et maintient sa personnalité indépendante et ses beaux idéaux. Elle aspire à l’amour pur, parce que l’amour est la seule fa?on dont Margueritet peut changer sa vie. La sincérité d’Armand lui fait sentir la chaleur de l’humanité et trouver le sens de la survie. Pour son amour, elle abandonne la vie matérielle arrogante et luxueuse qu’elle aimait et se retrouvait perdue, elle commence à devenir forte et courageuse. Quand l’amant est blessé, elle choisit courageusement d’abandonner la vie pour réaliser l’amour, Marguerite traite son amour avec persévérance et force. Sans doute, l’amour est le seul espoir et la seule exigence de vie de Marguerite, tant qu’elle a de l’amour. Elle peut tout abandonner et peut faire face à la difficulté de la vie.

  Nous pouvons dire qu’dans le processus d'association avec Armand, le caractère simple et aimable de Marguerite, l'esprit de poursuivre activement la vie normale et de combattre l'humiliation sont pleinement révélés.. Afin de défendre son propre bonheur, elle également montre sa détermination inébranlable: ?C’est ma maison, j’ai mes droits.? Elle également sort des billets et une reconnaissance de dette pour prouver qu’elle est sincère et prête à faire des sacrifices pour son amour. .

  C’est précisément à cause de l’amour de Marguerite pour cet amour qu’elle va lui causer de la peine et de la confusion après sa séparation d’avec Armand, elle retourne à sa vie dégo?tante et dégradante et recommencera. Donc elle y a une vie de vin ivre et elle finira par mourir.

  3.4 La domination d'Armand et son amour inébranlable

  Armand promet Marguerite, non-ingérence dans sa vie privée. Mais quand Armand possède Marguerite pour la première fois, il oublie sa promesse faite à Marguerite: le désir de prendre Marguerite devient de plus en plus fort. Après la rupture de leur relation, Armand fait les représailles pour elle, il commence à vivre avec le nouvel amant devant Marguerite, et chaque fois qu'il en a l'occasion, il insulte Marguerite.

  Armand non seulement échoue à devenir élevée après être avec Marguerite, mais avec toutes sortes de moyens méprisables pour tourmenter Marguerite, que ses sentiments, sa douleur, laissant finalement la mort dans la douleur. L’amour de Marguerite est pur, altruiste et noble. C’est le fort désir d’Armand qui accélére l’émergence de la tragédie de Marguerite.

  D’autre part, après qu’Armand est devenu l’amant de Marguerite, elle est identifiée comme son véritable amour. Mais quand le père d’Armand écrive une lettre à Marguerite, il immédiatement nie toute l’amour que Marguerite a payé, et abandonne tout amour et de confiance en elle, même ne pense pas à ce qui est la raison pour qu’elle fait ce choix.

  Armand ne s’en rend pas compte et ne cherche pas non plus la réponse. Au lieu de cela, il seulement voit la surface de la question, pensant aveuglément qu’elle ne l’aime pas vraiment. Il toujours ressent que leur amour est accueilli par les taquineries et les piétinements de Marguerite, donc il la blesse de diverses manières, la tourmente, la rend douloureuse et difficile. En conséquence, son état est devenu de plus en plus sévère et elle est finalement morte de douleur.. Nous devons admettre qu’Armand a de l’amour pour Marguerite après tout, même s’il n’exprime pas l’amour de la bonne fa?on, mais les innombrables soup?ons d’Armand sur Marguerite sont les plus grandes erreurs.

  Conclusion

  La Dame aux camélias raconte l’histoire d’une femme simple dans la poussière, mais laisse les gens avec un reflet profond de la pensée. Dans le roman, la dame aux camélias trahit comme une femme entretenue qui joue le r?le, elle choisit de poursuivre son amour et de bonheur, comme toutes les femmes ordinaires. Quand une fille sale est piégé dans l’esprit des gens, les émotions suscitées sont encore plus pitoyables que méprisantes. Sa beauté est entourée de ces choses communes sales, telles que ces gens impudiques qui ne font que chasser la chair.

  Dans le roman, Armand lui révèle de bonne foi, qui est la nature pure de son corps ressuscité, et une détermination à aimer les enfants des gens ? innocents ?, mais cela ne peut être accepté par la moralité de la personne moyenne. Cependant, la poursuite de la beauté l’amene à transcender la vision du monde, et nous pouvons ressentir le frisson de percer les préceptes de l'amour avec passion de Marguerite. La Dame aux camélias en effet dans une large mesure révèle la persécution de la société humaine. Cependant, ce qui est remarquable, c'est que cela montre aussi que même les personnes amoureuses peuvent devenir une tragédie. La dame aux camélias essaie de se débarrasser de sa vie originale disgracieuse dès que possible, mais elle a encore incapable de se tirer d’affaire dans la jouissance du matériel, et Armand, bien qu’il aime Marguerite, recours à une vengeance malveillante en cas de malentendu et finalement conduit directement à la mort de Marguerite. Il aussi expose profondément son caractère égo?ste trop étroit. Il est difficile de nier que la faute des deux hommes est aussi un facteur important de la tragédie.

  La tragédie de Marguerite n’est pas seulement le péché de son caractère et de son expérience de vie, mais aussi le péché de la société, parce qu’elle est faible devant la société. Sa tragédie révèle la corruption et les ténèbres de la société. Son statut social est humble, mais elle a un esprit noble et un simple désir de vie, ce qui crée des contradictions aigu?s et féroces avec l’environnement social sale autour d’elle. Le pouvoir social est puissant et impitoyable, ce qui détermine qu’elle ne peut pas y échapper. Le destin tragique était encore détruit après une lutte et une résistance douloureuses. La rencontre tragique de Marguerite reflète clairement la cupidité et la brutalité de la bourgeoisie, c’est une manifestation honteuse et montre que la relation entre les gens de la société capitaliste est froide et égo?ste. Marguerite, comme une image d’une prostituée qui a été intimidée et humiliée par la bourgeoisie, montre la boue et les blessures qu’elle a couvertes devant le monde: les gens sont choqués et en colère contre la réalité sanglante et évoquent la colère. Les gens détestent les gens pour leurs sociétés inconnues, sympathisent avec ceux qui ont été endommagés et insultés, ont de la pitié et montrent de l’affection.

毕业论文:http://www.3lunwen.com/wx/gdwx/5381.html

上一篇:论唐传奇中的佛道思想—以李公佐为例

下一篇:没有了

     移动版:浅析小仲马笔下茶花女的悲剧命运

本文标签:
最新论文